Informations sur les pseudonymes


Nombreux sont les écrivains qui, lorsqu'ils ont tâté du roman populaire, ou lorsqu'ils devaient se tenir en marge des genres "nobles" de la littérature, l'ont fait en usant de pseundonymes. Georges Simenon et Frédéric Dard sont de ceux-là.
Thierry Gautier

La seule information complète et fiable sur les pseudonymes utilisés par Frédéric Dard ne peut venir que de lui-même. Comme il nous a malheureusement quitté, la famille Dard a donc établi cette liste très attendue.

Pseudonymes approuvés

  • San-Antonio : plus de 200 titres
  • Frédéric Antony : La Police est prévenue
  • Max Beeting : Signé tête de mort (réédition de La mort silencieuse sous Sydeney)
  • Maxel Beeting : On demande un cadavre
  • William Blessings : Sergent Barbara
  • Frédéric Charles : La Maison de l’horreur, Vengeance, L’Agence S.O.S, N’ouvrez pas ce cercueil, La Grande friture, La Main morte, L’Horrible Mr Smith, Dernière mission, La Mort est leur affaire, La Personne en question, Brigade de la peur, Les Figurants de la peur, L’Image de la mort, La Mort en laisse.
  • Leopold Da Serra : Plaisirs de soldats.
  • Antonio Giulotti : Guerriers en jupon.
  • Verne Goody : 28 minutes d’angoisse.
  • Kill Him : Réglez-lui son compte, Une tonne de cadavre, Bien chaud bien parisien
  • Kaput : La Foire aux asticots, La Dragée haute, Pas tant de salades, Mise à mort, Un tueur.
  • Cornel Milk : Le Disque mystérieux, Le Tueur aux gants blancs.
  • L'Ange Noir : Le Boulevard des allongés, Le Ventre en l’air, Le Bouillon d’onze heures, Un cinzano pour l’ange noir.
  • Wel Norton : Monsieur 34.
  • F. D. Ricard : Le Mystère du cube blanc.
  • Sydeney : La Mort silencieuse.

Il a par ailleurs écrit quelques ouvrages pour le compte d'écrivains en mal d'inspiration :

  • André Berthomieu : En légitime défense.
  • M. G. Prètre : Calibre 475 express, Deux visas pour l’enfer, Latitude zéro, La Chair à poisson, La Revanche des Médiocres (titré par la suite L’Etrange Monsieur Steve). Les autres titres de M.G. Prètre ne sont pas de Frédéric Dard.

En vous rappelant les propos tenus par Joséphine Dard sur son site :

Mise en garde pour les collectionneurs : Il arrive que certains bouquinistes ou particuliers essaient de vendre d’autres livres que ceux mentionnés ci-dessus en prétendant qu’ils sont de Frédéric Dard… C’est la rançon de la gloire ! Notre position est claire à ce sujet :

Tout ce qui n'est pas prouvé , n'existe pas !

L'association des amis a publié dans une édition spéciale Pseudonymes du MSA divers articles sur cette question. Le numéro 18 du Monde de San-Antonio peut être commandé dans l'espace boutique du site.



Nous tenons néanmoins à vous faire bénéficier de la vérité sur "l'affaire" Valmain.
Tiré du Monde de San-Antonio n° 18. Interview par Philippe Aurousseau.

Depuis quelques mois se murmure dans le petit milieu des collectionneurs et des bouquinistes que Frédéric Dard avait écrit sous les pseudonymes de Frédéric Valmain et James Carter. Nous avons pris rendez-vous avec Frédéric Valmain pour éclairer notre lanterne ...

- Bonjour Monsieur Valmain et merci de nous recevoir.

- Bonjour, j'aurais préféré vous rencontrer sous un autre prétexte que celui-ci !

( NDLR : Nous pouvons affirmer que Monsieur Valmain est toujours en vie, et bien vivant ! Et en plus, il parle !! )

- Connaissiez-vous Frédéric Dard ?

- Bien sûr ! J'ai rencontré la première fois Frédéric Dard en 1955 , rue François 1er à Paris. Durant le grand succès de "Liberty Bar", il m'avait demandé si on pouvait adapter une de ses idées en pièce de théatre, mais malheureusement j'avais beaucoup de travail à l'époque et cela ne s'était pas fait ...

( NDLR : Nous avons vu les contrats signés entre Frédéric Valmain et Georges Simenon concernant la pièce "Liberty-Bar", avec James Hadley-Chase pour la pièce "Traquenard" etc ... Détail amusant : Simenon avait perdu sa machine à écrire entre son déménagement de Lakeville, Connecticut (U.S.A.) et Mougins dans le sud de la France. Ainsi, une partie de la correspondance de Simenon avec Mr Valmain est manuscrite, ce qui est très rare avec Simenon qui ne se séparait jamais de sa machine. )

- Comment êtes-vous devenu auteur au Fleuve Noir ?

- C'est grâce à Thérèse de Saint-Phalle que j'ai pris contact avec le Fleuve Noir. J'avais déjà écrit quelques ouvrages chez Fayard, sans compter les textes de mes pièces de théatre publiés dans l'Avant-scène ainsi que dans les Oeuvres Libres. Un matin que je croisait Frédéric en sortant des bureaux du Fleuve Noir, il s'était écrié : "Enfin une bonne recrue !". Ensuite, je l'ai souvent croisé au hasard de mes venues à la maison d'édition ...

( NDLR : Frédéric Valmain, après avoir été modèle, a écrit et adapté plusieurs pièces de Théatre au Théâtre Charles de Rochefort et de la Comédie de Paris. Grand ami d'Arletty, il a tourné en temps qu'acteur avec Michèle Morgan et quelques inconnus, entre autres Louis de Funès. )

- Quelle a été la suite de votre carrière ?

- J'ai donc publié une quarantaine de livres au Fleuve Noir sous le nom de Frédéric Valmain, puis sous celui de James Carter. Ensuite, je suis devenu créateur de masques, oeuvres d'art, sous le nom de Cartero. Vous pouvez toujours voir mes créations à la Galerie d'Art du Palais Royal, à Paris.

( NDLR : Les masques de Cartero sont connus dans le monde entier, entre les expositions aux quatre coins de la planète et des dizaines d'articles de journaux (Le Figaro etc ...). Galerie d'Art du Palais Royal - 18,Rue Montpensier 75001 Paris )

- On a prétendu que Frédéric Dard a écrit sous le nom de Valmain.

- J'ai entendu beaucoup de bêtises, mais jamais une aussi grosse que celle-là !

( NDLR : Dans la foulée, Frédéric Valmain nous montre tous ses contrats avec Fayard, Denoël et autres Fleuve Noir ... contrats établis à son nom. )

- Que dire de la présentation dans la revue "A la page" n°27 en 1966 qui affirme que Dard est Valmain ?

- Que c'est une belle connerie ! Sans doute un lampiste qui avait confondu deux noms ! Je n'était même pas au courant de cela ! On peut toujours établir des liens entre deux personnes au vu de leurs vie ... Mais pourquoi moi ? Pourquoi pas Simenon, Victor Hugo ou Emile Zola ?

( NDLR : Il faut dire que l'erreur est humaine, et que ce n'est pas la première fois que l'on écrit des conneries, et malheureusement pas la dernière ! )

- Avez-vous été blessé par ces insinuations ?

- Blessé, non, mais je ne m'explique pas que l'on écrive et publie de grossiers mensonges sans vérifier les informations. On peut considérer cela comme de la diffamation ! J'espère que mes réponses mettront une bonne fois pour toutes les points sur les "i" et que cette histoire s'arrêtera là !

- C'était le but de ma visite ! Merci Monsieur Valmain !

Interview réalisée le 9 Janvier 2001.

NDLR :

Nous vous recommandons de lire les livres de Frédéric Valmain qui demeure l'un des auteurs les plus vendus du Fleuve Noir. Vous conviendrez bien vite que même si ce n'est pas Frédéric Dard qui les a écrit, ce sont "nez en moins" d'excellents romans !

Il est déplorable que certains professionnels du livre se servent de ce genre d'informations pour faire leurs choux gras. Ils participent consciemment à une entreprise de dénégation et contribuent à faire circuler de fausses informations tout en arnaquant leurs clients. On espère tous que ceux qui se sont fait avoir sauront à l'avenir choisir plus prudemment leurs marchands ...